Catalogue

Newsletter

Catégories de livres

Glassy Eyes – Guendalina Flamini

18,00

Connaissez-vous les sous-sols musicaux parisiens ? Les meilleurs concerts de rock, de punk ou de garage s’y produisent…

Édition limitée
Monographie Photographies en noir et blanc
Textes trilingues italien/français/anglais
128 pages / 20 x 28 cm  / Broché
ISBN : 978-2-9561700-3-7
Parution : 26 novembre 2019

En stock

UGS : 95617003 Catégorie : Étiquettes : ,

Description

Photographies

Guendalina Flamini ne fait pas des photos de concerts, elle capte des moments, et souhaite montrer toute la force que la scène donne aux artistes. Elle saisit des corps dans un élan, des visages dans un instant de transcendance. La jeune artiste italienne est le témoin des musiques souterraines des années 2010 qui prennent place dans les petites salles sombres parisiennes, dans le sous-sol d’un bar ou dans des friches réinvesties ; elle conserve une trace des musiques indépendantes d’une décennie qui vit une crise de l’industrie musicale et des fermetures de salles de concert mythiques. Ses photographies sont les archives d’un art de vivre particulier. Avec Glassy Eyes, elle rend hommage à une philosophie punk do it yourself, à des styles de musique délaissés du grand public et surtout, à toutes ces salles de concert qui permettent aux groupes et artistes de s’exprimer librement et d’exister. Merci donc à la Mécanique Ondulatoire, l’Espace B, l’Olympic café, Mains d’oeuvres, la Station-Gare des Mines, le Petit Bain, le Supersonic, le Point Éphémère, et tant d’autres endroits de la contre-culture qui proposent une programmation osée, audacieuse, téméraire.

Au programme : Johnny Mafia, Faire, Cocaine Piss, Big Idea, We Hate You Please Die, Pogo Car Crash Controle, Lysistrata, MNNQNS, La Mverte, The Pinheads, Viagra Boys…

Lire un extrait de Glassy Eyes : issuu.com/editionsdesveliplanchistes/

 


Presse 

Fisheye : « Le résultat est brut, spontané, saisissant. Une collection de clichés captant l’instant réel, un moment de vulnérabilité ou une émotion forte. Dans ces lieux bondés, mouillés par la sueur et la bière, elle s’enfonce dans le public et s’approche au plus près des artistes, essayant de capter leur profondeur. »

Songazine : « Tout au long de l’ouvrage, la nudité est artistique, les déhanchés impressionnants saisis sur le vif du sujet, en plein concert et l’intensité salués par le talent et le cadrage se jouant en une fraction de secondes de clic. Un très beau cadeau pour les fêtes de fin d’année ou se faire plaisir visuellement. »

Radio Campus : « Isolant chacune de ces expressions et chacun de ces mouvements, Guendalina Flamini transcende la pratique de la photographie de concert au profit d’une recherche esthétique qui construit un regard sur la beauté et l’érotisme des corps masculins. »

Pop’n’Shot : « Glassy Eyes est le reflet de ce travail de passionnée qui porte l’humain au cœur de sa vision. La communion entre musiciens et public, l’érotisme qui se dégage d’un corps sur scène, voilà tant de thèmes que l’on retrouve page après page. Les petites salles parisiennes intimistes et les groupes qui font le rock d’aujourd’hui, le vrai y sont capturés par l’oeil savant d’une artiste à connaître absolument. »

L’imprimerie Nocturne : « Un tourbillon à l’image des instants qu’elle capture : bruts, éphémères, vibrants. Corps en sueurs, hurlements au micro, slam dans un public survolté, les photographies sont au plus près, ou au cœur, de concerts souvent souterrains. »

Longueur d’Ondes : « À la recherche de frissons musicaux, elle a su avec son appareil – un 5D Canon – capter toute la chaleur des caves underground à la découverte de formations toujours plus révoltées. »

Informations complémentaires

Poids 0.490 kg

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Glassy Eyes – Guendalina Flamini”

S'abonner à notre newsletter